logotype

 Charte de Goélette

(le règlement intérieur de Goélette est disponible sur simple demande)

 

1/Un SDF a besoin d’être considéré comme une personne à part entière. C'est une personne qui durant sa vie a rencontré un obstacle qui l’a amené dans la rue.

2/ Ne pas juger ni chercher à comprendre comment ils en sont arrivés là, sauf si cela vient dans la conversation, cela fait partie de leur vie privée que l'on se doit de respecter.

3/ Prendre le temps de parler avec eux si vous voyez qu’ils le souhaitent bien sûr.

4/ La majorité des SDF seuls n’aiment pas être abordés par plus de trois personnes.

5/Éviter d’aborder les avinés, les personnes sous l’emprise de drogues (qui sont généralement reconnaissables) : votre sécurité avant tout !

6/ Garder deux personnes visibles, pour dissuader des coups de nerfs, plutôt rares (une arrivée en groupe peut gêner, attirer l’attention, faire fuir).

7/ Ne pas réveiller un SDF qui dort (vous pouvez cependant lui laisser à proximité une part de gâteau ou une tasse de café par exemple).

8/ Faire une tentative d’approche sans insister pour savoir s'ils souhaitent être « abordés » avant de venir leur parler en groupe. Autrement dit, une maraude doit être une ballade discrète et non une distribution de cadeaux (ne pas attirer l’œil des voleurs).

9/ Ne pas aller dans les rues désertes, ni dans les parkings et entrées de parking.

10/ Ne pas aller sur les quais de RER,métro et train.

11/ Pour les SDF avec animaux faire attention on ne connaît pas l’animal ni même ses réactions.

12/ Ne faites pas de promesse que vous ne pourrez pas tenir (exemple : ne vous engagez pas à revenir si vous n'êtes pas sûr de pouvoir)

13/ Essayez de leur donner de l’espoir, si vous les sentez déprimés, certains ont perdu le goût de vivre, il y a notamment des histoires de SDF qui après des années de rue ont retrouvé un logement et un travail. Essayez aussi de leur demander ce qu’ils aimeraient manger/écouter etc.… Avec la plupart des téléphones maintenant on peut leur faire écouter de la musique, pour ce qui est de la nourriture on peut leur apporter ce qu’ils souhaitent manger dans la mesure du raisonnable.

14/ Noter leurs différents besoins afin de les aider davantage.

15/ Attention à ne pas trop vous attacher aux personnes que vous rencontrez, une grande majorité des personnes vivant dans la rue bougent, il est donc probable que vous ne les retrouviez pas la fois prochaine. Certains disparaîtront au bout de trois mois d'autres six voire plus, il faut vous y attendre.

16/ Un SDF peut et est en droit de raconter ce qu’il veut. Les choses qu'il vous raconte ne sont donc pas à prendre à la lettre. S’inventer une vie est parfois pour eux une manière d’oublier.

17/ Certains SDF savent très bien ce qu’il faut dire et ne pas dire pour obtenir quelque chose. Il faut donc faire attention pour éviter les désillusions.

18/Éviter de leur donner les adresses des centres d’hébergement car certains ferment sans qu’on le sache et d’autres sont déjà réservés. Il faut plutôt essayer de les motiver à aller dans un centre de jour, voire une Assistance Sociale. Ils peuvent aussi appeler le SAMU social (115), mais cela est parfois très long pour obtenir quelqu’un au bout du fil.

19/ Si le SDF est en mauvaise santé, en situation de péril physique ou moral, il ne faut pas hésiter à appeler le SAMU (115) ou les Pompiers (18). Ces derniers sont tenus de se déplacer.

PS : Éviter de dire au téléphone que l'appel concerne un sans abri.

20/ Essayer de demander aux sans abri s'ils ne connaissent pas d'autres SDF dans le quartier, afin de savoir où l’on pourrait trouver leurs compagnons d’infortune (généralement ils se connaissent entre eux).

21/ Ne jamais soigner les SDF (ne serait-ce que l'administration d'un simple Doliprane). Nous n’avons pas les compétences pour : Goélette n’est pas une association apportant des soins médicaux.

22/ Afin de préserver le bon fonctionnement de Goélette, les rassemblements sont à éviter lors des maraudes.


23/ L'association Goelette n'a pas pour but d'aider les SDF a retrouver du travail , car des associations avec des professionnels bien plus formé dans ce domaine que nous s'en charge , cependant ne pas hésiter a les orienter vers des associations si ils sont en demande 

 

Pour conclure : peu importe leur histoire, nous ne sommes pas là pour les juger mais pour les écouter et partager un moment avec eux. L’important n’est pas la quantité de SDF que vous allez voir mais la qualité.

 

Encore merci pour votre présence et bonne maraude !

 

Typhaine GUENIOT & Emmanuelle COMBAUD

 

.

2017  Association Goelette   Copyright 2013