logotype
Coquillages et crustacées.....

 

22 juillet 2012, c'est l'été; le moment des grands départs en vacances. Il y avait foule hier à la gare du Nord....

Mais ce n'est pas une raison pour ne pas continuer le combat et se désintéresser des sans-abris.

Quartier de la gare de l'Est. Nous nous arrêtons devant une femme, couchée à même le sol. Elle ne possède rien sur elle, pas même un carton. Nous l'interpelons et lui demandons si elle a besoin de quelque chose. Elle nous répond que non. Nous n'insistons pas et passons notre chemin.
 
Près de l'église, nous croisons un homme allongé par terre. Nous nous arrêtons, lui proposons un café. Il n'est pas très agréable avec nous. Il n'est pas agressif, mais on ne peut pas dire qu'il soit courtois. Nous insistons plusieurs fois à lui proposer un café, histoire d'interrompre son monologue. Rien à faire, il ne veut pas nous entendre. nous lui laissons quelques victuailles, puis nous passons notre chemin.
 
Devant gare de l'Est, nous retrouvons Annie et Eric. Ils ont l'air d'aller. La première fois que je les ai rencontrés, ils squattaient un abribus. C'était en mai, ils espéraient un rendez-vous avec une assistante sociale. Je leur demande où ils en sont dans leurs démarches. Annie me dit qu'elle a rendez-vous avec l'assistante sociale le lendemain, qui rentre de vacances. Annie attend avec impatience un recommandé qui trône depuis 15 jours sur le bureau de l'assistante sociale... En attendant, c'est la galère. Annie et Eric sont des personnes très dignes. Ils font tout pour rester propre, gardent la tête haute et nous parle en ayant le sourire aux lèvres.
 
Gare du Nord : ça grouille de voyageurs. Parmi eux, nous apercevons un jeune homme, assis par terre, une bouteille de rouge à ses côtés. Nous l'accostons. Il se relève et a l'air totalement perdu. Nous lui proposons un thé, nous lui donnons de quoi manger. Il nous explique qu'il dort dehors depuis quelques jours. Il voudrait toucher le RMI mais ne sait pas comment s'y prendre. Nous lui expliquons que le RSA remplace le RMI, lui conseillons de contacter le 115 pour avoir un endroit où dormir le soir et de prendre un rendez-vous avec une assistante sociale. Nous lui demandons ses coordonnées mais il n'a pas de portable. D'ailleurs, il n'avait rien sur lui hormis sa carte d'identité. Nous lui donnons rendez-vous dans 15 jours au même endroit.

A la fin de la maraude, nous tombons (presque) nez à nez avec Laurent Voulzy, qui sort d'une voiture-taxi. Nous lui proposerions bien un café mais nos thermos sont vides....

 

Audrey , Bénévoles de l'association

2017  Association Goelette   Copyright 2013